Nos nouvelles

La Tesla Model Y arrive en tête

 

Outre l’autonomie et la disponibilité, la valeur résiduelle est la grande question qui se pose dans le domaine des voitures électriques. Nos spécialistes des données ont élaboré un modèle permettant de prévoir avec fiabilité la valeur résiduelle des différents modèles. Bonne nouvelle: pour plus de la moitié des modèles actuellement proposés, la valeur résiduelle est extrêmement élevée.

Bien que l’on puisse acheter des véhicules électriques depuis plusieurs années déjà, la palette de modèles ne s’est véritablement étoffée que ces derniers mois. Différents constructeurs prévoient de commercialiser de nouveaux modèles cette année, et le marché progresse à grands pas presque de mois en mois. Dans le cadre de cette évolution, un marché des véhicules électriques d’occasion est en train de prendre forme. Outre la disponibilité et l’autonomie, la grande question qui se posera donc de plus en plus est celle de la valeur résiduelle de ces véhicules. Notre analyse du marché montre que les valeurs résiduelles des voitures électriques n’ont pas à rougir de la comparaison avec les véhicules à combustion. Au contraire, leur valeur résiduelle moyenne est même plus élevée pour certains modèles que celle des véhicules à essence comparables.

Cela est dû à différents facteurs: tout d’abord, en raison de leur autonomie toujours un peu limitée, les voitures électriques présentent souvent un kilométrage moins élevé par rapport à leur ancienneté. Ce facteur perd toutefois de l’importance avec la progression de l’autonomie et l’amélioration de la fonctionnalité au quotidien: c’est particulièrement vrai pour les modèles les moins récents, pour lesquels la demande a tendance à baisser, et donc la valeur résiduelle aussi. En revanche, la valeur résiduelle des voitures électriques est soutenue par le fait qu’elles sont moins coûteuses à l’entretien et à l’usage que les voitures à essence. Pour les acheteurs de véhicules électriques d’occasion, la batterie reste un gros point d’interrogation. La garantie constructeur s’étend en moyenne à huit ans, ce qui correspond pratiquement à l’âge moyen des voitures, qui est de neuf ans. On ignore cependant encore quel impact l’échéance de cette garantie aura sur la valeur résiduelle.

Voilà pour le contexte. Notre équipe de spécialistes des données a toutefois voulu en savoir plus, et a soumis les voitures électriques actuellement disponibles à une comparaison dans laquelle ils ont calculé l’évolution de la valeur résiduelle selon différents scénarios. Ils ont quantifié celle-ci premièrement sur trois ans et pour 45 000 et 60 000 kilomètres, deuxièmement sur quatre ans et pour 60 000 et 80 000 kilomètres. «And the winner is…»: dans les quatre catégories, c’est la Tesla Model Y (versions Performance D, Long Range et Long Range D) qui l’emporte, avec une valeur résiduelle époustouflante de 47,6 % (3 ans/45 000 km). Notons toutefois que les différences entre les modèles et les marques ne sont pas extrêmement importantes: jusqu’au 31e rang (Tesla Model X), tous les modèles se situent entre 47,6 % et 46 % de valeur résiduelle.