Nos nouvelles

Recruter de nouveaux collaborateurs: un défi pour nous également

Le recrutement du personnel adéquat représente un véritable défi pour toutes les entreprises. Ce défi est également de taille dans le domaine du développement de logiciels, car il existe certes de nombreux développeurs, mais le marché en absorbe continuellement un grand nombre. Jusqu’à maintenant, auto-i-dat a eu la main chanceuse en matière de recrutement, et celui de Nick von Niederhäusern ne fait pas exception.

Nick, quelles tâches as-tu assumées jusqu’à présent?
Nick von Niederhäusern: J’ai pu reprendre le projet actuel «auto-i Expert», qui est encore en phase de développement. Au début, j’ai dû me familiariser avec le projet, avec le soutien de l’équipe. Cette phase est maintenant achevée, et je m’occupe désormais du développement du projet.

Qu’est-ce qui t’a donné envie de commencer à travailler en tant que développeur logiciel chez auto-i?
À mes yeux, il est important de travailler avec des technologies modernes et orientées vers l’avenir. Et c’est exactement ce qu’auto-i-dat me permet de faire. Les projets en cours sont absolument passionnants et représentent en même temps un défi pour moi. Cela me convient parfaitement, car j’aime travailler dans un environnement exigeant.

Qu’est-ce qui te plaît dans ton job?
Le travail de développeur se rapproche beaucoup de celui d’auteur, car le code nous permet également de raconter une «histoire», à cette différence près que cette «histoire» peut être compilée dans un programme exécutable. Je prends beaucoup de plaisir à me plonger dans un code et à l’étendre. Lors de la phase de test, je peux alors voir ce que j’ai créé sur l’écran, à savoir si et comment «l’histoire» fonctionne. Par ailleurs, le domaine du développement apporte en continu son lot de nouveautés et on n’a jamais fini d’apprendre, ce qui présuppose notamment la disposition à accepter d’autres manières de penser. La formation continue ainsi que les perspectives d’avenir sont également importantes à mes yeux. En tant que développeur, des opportunités très différentes s’offrent à moi.

Gardes-tu en souvenir des expériences ou événements particuliers?
Mon souvenir le plus marquant est celui de la cérémonie de remise des diplômes, lorsque j’ai pu monter sur la scène où les meilleurs diplômés étaient à l’honneur. Un tel moment vous donne la chair de poule.

Comment as-tu vécu tes études de développeur d’applications à la Wirtschaftsinformatikschule?
Lorsque j’ai commencé mes études, je ne savais pas encore exactement ce qui m’attendait. J’ai cependant très vite compris que j’avais fait le bon choix. J’aimais suivre les cours, et ma classe était super. Néanmoins, cela aurait été une grosse erreur de prendre la formation à la légère. En effet, des 23 collègues avec qui j’ai commencé les cours, seulement 10 sont allés jusqu’au bout. Ce qui m’a le plus manqué, c’était de profiter du temps libre, car j’étais l’un des rares étudiants à travailler à côté de mes études. Avec trois jours de travail et de cours bien remplis, à quoi venaient s’ajouter les heures d’apprentissage et de travaux de projet, mon temps libre était très limité. Mais mes efforts ont porté leurs fruits et c’est tout ce qui compte au final.

Découvrez également ici les portraits de Zur Shmaria, Sarah Schaller, Patrick Gonin, Remo Gemperli, Danny Fehr, Tong Trieu, Andrej Boskovic, Simon Aebischer, Azren Rastoder, Desio Notardonato, René Mitteregger et Fabio Marino.